[Famille] 10 signes que tu es parent d’enfants expats

C’est indéniable : si tu vis « à l’étranger » et que tu as des enfants, tu es DIFFÉRENT des autres parents (ceux qui n’ont jamais vécu ailleurs que dans leur pays natal).

Il y a des signes qui ne trompent pas ! En voici 10… en espérant que tu te reconnaisses… 🙂

 

expat-parent-cool
Je ne suis pas une maman standard, je suis une maman cool !

1- Tu as fait une croix sur les destinations de vacances « exotiques ».

Expat - Envie de vacances exotiques

Car depuis que tu as quitté ta terre natale, les vacances se font rares : adieu les 5 semaines de congé payés (sans parler des x semaines d’RTT, si tu es Français) !

Comme il serait mal vu de priver les enfants de retrouvailles avec le reste de la famille, surtout à Noël, tu passes TOUTES tes vacances au bercail… #PasLeChoix 😦

Mais cela n’empêche : ras-le-bol les vacances-marathon en France ! Tu crèves d’envie de changer de destination de vacances.  : il y a tellement à découvrir tout autour de toi, n’est-ce pas ?

 

2- Skype est ton meilleur ami.

expat-parent-enfant-skype

Il est même fort à parier que tes enfants ont passé plus de temps « virtuellement » avec leurs grands-parents que physiquement.

Et quand tu le réalises, tu es envahi(e) de sentiments déplaisants : de l’égoïsme et de la culpabilité d’être à l’origine de cette distance avec le reste de la famille, et l’ « imposer » à tes enfants . 😦

Mais tu te rassures en pensant à la chance que tu offres à tes enfants, l’ouverture d’esprit, le bilinguisme, etc, que procure cette expatriation.

 

 3– Tes enfants maîtrisent au moins 2 langues, EUX.

expat-enfant-bilingue

Et je ne parle même pas de l’accent ! 😉

Sentiment bizarre de grande fierté de parent… mêlé à de la légère jalousie (non assumée, bien sûr), n’est-ce pas ?

NB: Si tu vis dans un pays francophone, je parie que tes enfants ont adopté l’accent et les expressions de ce pays avec une aisance hallucinante (bien plus rapidement que toi !).

 

4- Tes enfants ont appris les gros mots « locaux » avant les gros mots français.

expatrie-parent-vocabulaire

Bon, tu te doutais bien qu’ils disaient des bêtises, à les voir ricaner bêtement, mais de là à imaginer que c’étaient des gros mots !

Je me souviendrai toujours du jour où mon fils (qui va à l’école en Espagne et qui venait d’apprendre à lire), me demanda,  à propos de ce qu’il venait de lire sur un mur : « Maman, ça veut dire quoi : P-U-T-A ? ». #GrandMomentDeSolitude

 

5- Tu as désormais un budget « babysitter ».

expat-budget-babysitting-enfant

Avant de t’expatrier, tu n’avais même pas connaissance de ce mot : tu trouvais toujours quelqu’un dans ton entourage pour garder tes enfants.

Mais à l’étranger, sans babysitter, C’est une autre histoire : adios les sorties culturelles, en amoureux, entre potes/copines…

Et ça, ce n’est PAS envisageable ! Parent oui, mais on est des êtres sociables aussi, merde nom d’une pipe !

 

6- La plupart de tes « nouveaux » amis sont des parents d’école.

expatrie-enfant-parent-ami-ecole

Parce que ce sont les nouveaux amis les plus faciles à trouver…

Parce que vous partagez les mêmes « intérêts » et préoccupations…

(Et aussi, allez, avoue) Parce que c’est bien pratique de pouvoir parfois « caser » tes mouflets à tes nouveaux potes (en cas  de grèves ou de réunions tardives par exemple…)

NB : Si comme moi, tu es un parent organisé et que tu vis depuis un moment à l’étranger : tu t’es même arrangé pour inscrire tes enfants aux mêmes activités et horaires que ceux de tes amis. Bien joué !

 

7- Tu prononces le nom des super-héros différemment.

expatrie-enfant-langue
« Bien dit, mon pote »

Car tes enfants eux-mêmes le prononcent avec l’accent « local » : donc si tu veux passer pour un parent « in », tu n’as tout simplement pas le choix ! 😉

Pour l’avoir vécu (j’ai déménagé en Espagne après avoir passé 10 ans au Québec), voici un défi que je lance aux parents d’enfants non-expatriés : passer d’un coup de la version américaine (« SpAAAAAïdeumèn ») à la version espagnole (« SpiiideLmAn »),  . 😉

NB : À l’inverse, ton défi de parent d’enfant expatrié est de le prononcer à nouveau « à la Française ». Ça sonne faux tellement dans ta bouche maintenant, n’est-ce pas ? 

 

8- Tu ne te poses pas les mêmes questions au sujet de tes enfants.

expat-parent-question
Ouais, j’ai beaucoup de questions.

Avenir :
Toi : Dans quel pays vivront-ils quand il seront plus grands ?
Parents pas expatriés : Quelle profession exerceront-ils ?

Langue :
Toi : Comment faire pour qu’ils sachent écrire en français sans faire de fautes ?
Eux : Comment faire pour qu’ils sachent parler correctement une langue étrangère ?

Vacances :
Toi : Comment va-t-on faire pour voir tout le monde sans rentrer de nos vacances complètement lessivés ?
Eux : Belambra Corse ou Belambra Biarritz ?

 

9- Tes enfants idéalisent la vie dans ton pays natal.

Expat - Doute

Difficile de leur faire comprendre que si vous rentrez y vivre, la vie ne sera pas telle qu’ils la connaissent (à savoir synonyme de vacances, cadeaux, aventures, plaisir).

Mais laissons-les rêver ! (et le plaisir de découvrir eux-mêmes les « bonheurs » insoupçonnés de la vie en France…) 😉

expat-enfants-vacances-grands-parents

 


Bon, comme tu peux le voir… j’ai menti ! Car je n’ai trouvé que 9 preuves que tu es un papa ou une maman d’enfant expatrié, et non 10.

Mais bon, comme j’aime bien les comptes ronds et que ça rend le titre plus accrocheur… 😉

Merci donc de m’aider à trouver la 10ème. Il te suffit d’ajouter en commentaire un autre signe qui te distingue des parents d’enfants qui ne vivent pas « à l’étranger ».

JE COMPTE SUR TOI ! 🙂

Publicités

14 Comments

Add yours →

  1. J’avoue j’ai un peu de chance pour les vacances car mon mari est mauricien, donc on a quand meme le droit aux vacances paradisiaques, mais difficile de faire comprendre aux amis que ben, après 5 fois a l’Ile Maurice, j’ai un peu envie de changer de destination!!! Un autre signe: tes enfants se sentent plus du pays d’adoption que d’origine… Les miens sont nés en Irlande et se sentent beaucoup plus irlandais que français ou mauriciens… Dur dur de leur faire apprecier l’importance de la culture des parents… J’espère que ca viendra avec l’age!

    J'aime

  2. Hello, trés réaliste cet article !
    Maman depuis moins de deux ans, le signe que nous ne vivons plus dans le même pays et qui revient souvent pour moi c’est le sujet santé. Quand mon enfant est malade et que j’en parle à une copine, mere, belle mere, sœur etc …  » quoi ? Y a pas de doliprane dans ton pays ? C’est une marque de chez toi cette ce sirop ? Ils n’ont rien fait à ton l’hôpital ? Il a fait ses études en France ton Pediatre ? Vient le faire soigner ici.  » 😄 Comme s’il y avait des bons médecins seulement en Françe, et que tout le reste se transforme en ´´ton, tes, ta »

    J'aime

  3. Génial!
    10. Tu aimerais tellement faire découvrir les produits de ton enfance à tes enfants. Mais pour cela il faut attendre les visites des amis et de la famille.

    J'aime

  4. Je suis partie de la France quand j’avais 10 ans et je revois mes parents jurer en essayant de nous aider avec nos devoirs dans d’autres langues. En 20 ans, avec mes frère et soeur, nous ne sommes jamais allés dans des lycées français donc mes parents devaient nous aider avec Shakespeare en anglais, Gabriel Garcia Marques en espagnol, etc…pas facile pour eux!!!

    J'aime

  5. Je me retrouve dans presque tous , sauf dans l’accent 😉 !! Extra ce post ! Nous sommes En Nouvelle Caledonie depuis 2ans 1/2

    J'aime

  6. Trop vrai cette article ! Je me retrouve dans tous les points, j’ai 2 loulous, nés en Suisse, et ayant vécu en Slovaquie et maintenant à Londres… Quand mon grand de presque 7 ans me reprend sur mon accent et mon petit de 4 ans 1/2 qui n’arrive pas à retenir l’utilité du « je » en français mais peut tenir une conversation sans problème en anglais… 😉

    J'aime

  7. Hermant Elizabeth février 3, 2017 — 4:36

    Je viens de découvrir votre blog sur immigrer.com, et installés depuis 4 à Montreal de façon définitive, je me retrouve complètement dans tous ce que vous dites !
    Avec deux ados de 12 et 14 ans maintenant, c’est tout pareil !
    Nous, nous ne sommes toujours pas rentrés en France justement de peur de ces vacances marathon et effectivement Skype est notre meilleur ami… d’ailleurs nous avons deux fois plus de contact visuel avec nos familles depuis car en France nous bougions beaucoup pour nos professions donc pas du tout à 300m des uns et des autres.
    Par contre nous faisons le choix de faire découvrir leur nouveau pays à nos enfants et c’est un vrai plaisir à partager en famille et un bon moyen de les aider à devenir de vrais Canadien avec des racines françaises.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :